Lettre de Marie pour son enfant perdu

Dernière mise à jour : 25 juil.

Tu es si proche de moi et en même temps si loin, toi mon enfant perdu.

Toi petit être si précieux je te vois, je te sens, et j'entends de l'intérieur tes aveux.


Personne ne t'en veux je te le promets, je sais quelle détresse t'anime, et je sais au fond de toi ce que tu aimerais atteindre.


Personne ne peut te comprendre petit enfant, car tu es trop blessé.

Je t'aime tellement si tu savais.

Je fais de mon mieux pour que dans ta vie tu puisses recevoir ce dont tu as besoin pour grandir.


Personne n'a voulu te châtier comme tu le ressens dans cette vie, tu n'as pas mérité et tu n'es pas pour autant méritant d'être devenu ce que tu es.


Je veux t'envoyer la grâce et l'amour de ma profonde affection pour toi, car je ressens tout ce que tu ressens, tes peines, tes pertes, ta tristesse profonde de ne jamais pouvoir être aimé à ta juste valeur.

Je veux t'envoyer le plus beau des cadeaux, celui de mon amour infini et la lumière qui te transperce le cœur jusqu'à ce que chaque larme que tu n’as pas fait couler dans ta vie s'évanouissent à jamais pour faire renaître en toi un être complet et adoré de son peuple.


Je pose mes mains sur toi, sur tes épaules, afin d'alléger tous ces poids que tu portes depuis si petit.

Je pose ma main sur ton cœur, pour te reconnecter à celui que tu as oublié, par ta faute et par la faute de ceux qui t'ont influencé.


Tu n'as pas besoin d'être meilleur ou de prouver quoi que ce soit, tu n'as pas besoin d'exacerber ton pouvoir pour te sentir complet.

Au fond de toi seul un enfant a besoin d'attention et d'affection, au fond de toi seul la tristesse et l'abandon font gagner de l'ampleur à tes actions.


Je ne te juge pas et ne te jugerai jamais mon enfant, je t'aime tellement et si tu savais.

Si tu savais à quel point je te vois, je te sens et ressent tout ce que tu ressens.

Je prie pour toi chaque jour qui passe, n'oublie jamais cela, tu ne seras jamais seul et tu ne l'as jamais été.


Mon enfant je t'emmène dans mes bras et te berce de mon affection maternelle, dans cette amour inconditionnel.


Je n'ai pas de vœux, je n'ai pas de souhait, tout ce qui doit être fait sera fait.

Puisses tu réanimer en toi la flamme de l'espoir.



Je t'aime mon enfant, tu es aimé, ne l'oublie jamais....



Message canalisé en Mai 20022 par Justine Barc


Ceci n'étant pas la vérité absolue ! Seulement l'ouverture et le résultat de mes recherches, expériences et informations reçues en canalisation.

Merci de respecter le travail de chacun, qui apporte révélation et lumière aux personnes sensibles et réceptives à la même fréquence.






6 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout